Qui n’a jamais rêvé d’être millionnaire ?
Ce mot déclenche les fantasmes les plus fous même chez ceux qui n’ont pas une imagination spécialement fertile. Pourtant, tout est relatif. Dans le film des Inconnus « Les trois frères » (par ailleurs, excellent pour provoquer une bonne tranche de rigolade et en profiter pour faire une séance de kiné !), lorsque le public scande « Le million ! Le million ! » lors du jeu TV Millionnaire, ils s’attendent à un gain d’un million de francs pour les candidats. Aujourd’hui, notre référentiel a basculé en base euros, donc les millionnaires actuels doivent amasser presque sept fois plus de richesses que les millionnaires de l’époque avant de pouvoir être gratifiés du même titre. Rendez-vous compte de la puissance de ce chiffre hallucinant, 10x10x10x10x10x10 (10 puissance 6 !).
Les grands nombres peuvent donner le tournis, alors voilà de quoi mettre en perspective :
- Un million de secondes représente presque 12 jours.
- Un million de jours équivalent à 2738 ans, autant dire une éternité à notre échelle !
- Un million de participants sont attendus chaque année dans toute la France pour participer aux Virades de l’Espoir.
- 5.6 millions d’euros, ce sont la collecte des Virades de l’Espoir 2014. Ça représente un peu moins du coût du programme de recherche sur la transplantation pulmonaire, co-financé par Vaincre la Mucoviscidose et l’association Grégory Lemarchal, qui vise à améliorer toute la chaîne de la transplantation (de l’avant-greffe à la vie après la greffe).
C’est vrai que ça donne le tournis, tous ces millions !
Dans les examens bactériologiques de crachats, la présence de germes est exprimée en puissance de dix par millilitre. Et voilà qu’hier la pneumologue de Cochin m’a annoncé que j’étais à mon tour plus que millionnaire ! Car les résultats de la bactério de la semaine dernière montrent 10 puissance 7 de staph doré, et la même chose de pyo… Autant dire que je peux effectivement remettre en cause l’efficacité des antibiotiques reçus (presque en continu) depuis deux mois. Au passage, j’ai gagné 15 jours d’Augmentin à ajouter aux aérosols de TOBI… et j’ai intérêt à me requinquer d’ici le 24 juin sinon c’est une nouvelle cure intraveineuse qui m’attend !
Rayons de sourire,
Jessica

Patricia – 15 février 2007
Sa dernière cure IV remontait au mois de septembre, ce n’était pas vraiment étonnant qu’elle ressente le besoin d’une nouvelle cure. Elle avait demandé un rendez-vous en urgence à l’hôpital pour mettre en place une cure d’antibiotiques. Les mêmes symptômes réapparaissaient : encombrement permanent, toux caverneuse même pendant la nuit, fatigue au moindre effort, crachats couleur marron. Le Docteur Sab qui avait suivi Jeanne depuis sa naissance n’était pas un partisan des cures systématiques. Il mettait plutôt en avant les symptômes cliniques, et quand les résultats de la bactério confirmaient l’infection, il nous appelait pour lancer les traitements adéquats. D’abord une cure d’antibiotique per os, en général du Ciflox, et si Jeanne ne se sentait pas mieux après quinze jours ou trois semaines et qu’il y avait encore plus de dix puissance six de pyo à la bactério , on passait à l’équipe de choc : quinze jours de dose de cheval de Fortum et Nebcine en intraveineuse, avec toute la logistique que cela impliquait. Grâce à cette approche, Jeanne avait pris l’habitude d’écouter son corps et de décortiquer les signes annonciateurs d’infection. En quittant la maison pour poursuivre ses études, elle avait continué ce schéma, qui semblait lui convenir.