Fidèle à notre rendez-vous hebdomadaire, je me surprends à faire le bilan de cette semaine qui vient de passer... De passer si vite ! Et pourtant, le temps a ceci de stable qu'une seconde dure toujours une seconde, où qu'on soit sur la planète.
Même si à mes yeux, il y a des minutes qui durent plus que le temps règlementaire, et d'autre qui filent à trop vive allure... Depuis 6 semaines (déjà !!) que j'ai endossé mon rôle de maman, ma perception du temps a bien changé. J'ai l'impression que mes journées disparaissent en un claquement de doigts sans que j'aie eu le temps de rien faire. Mais ce "rien" comprend tous les moments passés avec Adrien, lui donner le biberon, le changer, l'habiller, lui donner le bain, lui faire des câlins, partir avec lui en promenade, l'emmener chez le pédiatre, lui chanter une berceuse pour sa sieste... En plus de tout ça, je ne peux pas oublier mes séances quotidiennes chez le kiné, les divers aérosols et mes multiples rendez-vous à l'hôpital pour mon suivi... Ce n'est pas "rien" !
Lorsque j'ai rencontré mon mari, il m'avait déjà initiée aux bienfaits du repos, de prendre son temps, de ne pas surcharger son agenda. Aujourd'hui je l'en remercie (profitons de ce jour de Thanksgiving !) car c'est maintenant que je comprends vraiment la portée de ce concept : prendre du temps pour soi. Je ne culpabilise plus de faire la sieste, ni de traîner au lit le matin si je suis fatiguée (ça m'arrive tous les matins, d'être fatiguée, depuis quelques semaines...), car même lorsque je ne dors pas beaucoup, ces temps de repos me font un bien fou. J'en ressors boostée, pleine d'énergie pour m'attaquer aux corvées du quotidien (lancer une lessive de bodys et de bavoirs minuscules, passer l'aspirateur, préparer des repas équilibrés pour garder la forme...). Et je prévois UNE activité par jour maximum (en plus des activités listées ci-dessus, on s'est bien compris !) pour ne pas m'épuiser.
J'avais déjà parlé dans ce blog (cliquez ici pour ceux qui veulent relire le billet) des bienfaits du repos pour mon corps et mon esprit. Aujourd'hui, j'ai récupéré ma fonction pulmonaire d'avant-grossesse (youpi !), et j'ai développé une plus grande résistance à l'effort. Tout comme l'activité physique quotidienne fait partie du traitement de mon diabète, j'intègre maintenant l'activité "repos" dans mon traitement ! Cela participe à préserver mon capital santé. Or je compte bien me ménager au mieux pour accompagner mon fils le plus loin et le plus longtemps possible !
Rayons de sourire,
Jessica

Julien - 13 février 2012
A mes yeux, la privation de sommeil constituait la pire des tortures. Le corps avait évidemment besoin de repos pour se ressourcer. Quand j’avais rencontré Jeanne, j’avais été stupéfait par sa capacité à être toujours en mouvement, il n’y avait aucun temps mort dans son emploi du temps. Pour sa part, elle me voyait plutôt comme une larve humaine qui passait son temps libre à glander. J’avais beau protester, (« Je ne glande pas, je me repose »), elle hochait la tête d’un air entendu. Peu à peu j’avais réussi à l’initier à l’art de la flemme. Aujourd’hui, il n’était pas rare de faire la sieste durant nos week-ends, ou tout du moins d’instaurer un « temps calme » dans nos agendas. Je savais qu’elle appréciait maintenant ces moments, et elle me remerciait de lui avoir fait goûter aux bienfaits du repos.